Formulaire de courriel   Plan du site   Version imprimable  

Association Royale des anciens élèves de l'institut des industries de Fermentation de Bruxelles

Accueil > Institut Meurice > Histoire

Histoire

En 1881, Louis Vanden Hulle, brasseur et fils de brasseur, s'établit comme professeur privé de brasserie. Au début il dispensa ses cours, essentiellement pratiques, dans ses appartements de la rue Guillaume Tell à Gand et en visitant diverses brasseries. Il se forme aux rudiments de la chimie auprès de son ami Guillaume Van Laer. De 1882 à 1887, 78 élèves suivront les cours qui se donnaient deux jeudis par mois. En 1887, le programme des cours comportait 12 leçons de brasserie, 6 leçons d'analyse et 18 leçons de chimie.

Le 10 juillet 1886, sous l'impulsion d'Henri Van Laer, fils de Guillaume, la société des brasseurs belges est créée. En 1892, cette association accorda son patronnage et un subside à l'école de Gand. Le 6 octobre 1887 eut lieu l'ouverture des cours au numéro 3 de la rue Saint-Esprit. Louis Van Hulle devient directeur et professeur de brasserie; Henri Van Laer, professeur agrégé de l'enseignement moyen du degré supérieur pour les sciences naturelles est chargé du cours de chimie; Guillaume Adrien, professeur agrégé de l'enseignement moyen de degré supérieur pour les Sciences Physiques et Mathématiques est chargé du cours de physique; Gustave Vleurick, ingénieur honoraire des Ponts et Chaussées, professeur à l'école industrielle de Gand est chargé du cours de mécanique. Le laboratoire est en charge de Louis Van Hulle et d'Henri Van Laer. 38 élèves sont inscrits dans la section payante pour l'obtention du grade d'ingénieur-brasseur et 25 élèves dans les sections gratuites du dimanche, flamande et française, pour l'obtention du grade de contre-maître brasseur.

De nouvelles matières viennent étoffer l'enseignement pour l'année académique 1888: un cours de législation de la brasserie et d'économie politique, un cours de bactériologie et des travaux de laboratoire de bactériologie et de microscopie, et un cours de comptabilité. La même année, un assistant est engagé pour le laboratoire de chimie.

En 1889, le nom de l'école devient « Institut Supérieur et Ecole de Brasserie ». La même année, une station scientifique est fondée. Elle est chargée de l'étude expérimentale des questions se rapportant à la brasserie.

En 1890, la durée des études passe à deux ans pour l'obtention du diplôme d'ingénieur-brasseur. Durant cette année, l'institut est transféré au 41, rue de Bruges et débutera la délivrance du diplôme de maître-brasseur après un an d'étude.

A partir de 1898, suite à la restructuration de l'enseignement, l'institut délivre le diplôme d'ingénieur des industries de fermentation après 3 ans d'études (1 an pour les titulaires d'un diplôme d'ingénieur), le diplôme de licencié en brasserie ou distillerie (2 années d'études), de maître-brasseur ou distillateur (1 année d'études) et celui d'ouvrier-brasseur (section gratuite du dimanche). Les cours se donnent à raison de 15 heures par semaine.

En 1902, l'institut est transféré au numéro 2 de la rue du lac, dans des locaux mis à disposition par la ville de Gand qui comprennent une brasserie expérimentale.

Entre les années académiques 1887-1888 et 1908-1909, le programme des cours passe de 6 à 14 branches et le nombre de professeurs de 5 à 14. Etant donné que l'institut est une école du réseau libre, un minerval élevé est demandé: 500 Fr en première année, 350 et 450 Fr respectivement en deuxième et en troisième année.

En 1909, Henri Van Laer, directeur de l'institut depuis 1902 rédige une note qui explique les deux maux dont souffre l'institut qui contrarient son développement:

Premièrement, sa situation géographique: la population scolaire est originaire de toute la Belgique. Sa grande majorité est tributaire du train pour arriver à Gand le matin et repartir le soir après 4 heures. « Si l'école avait son siège à Bruxelles, sa popularité augmenterait dans des proportions considérables ».

Deuxièmement, sa qualité d'école libre: son existence financière n'est malheureusement pas stable, puisqu'elle dépend du support de groupements professionnels dont les dirigeants ou les motivations peuvent changer. Il s'ensuit des difficultés « dans la réalisation de réformes dans l'enseignement, qui se résument toujours en dernière analyse à un accroissement de dépenses ». Il envisage notamment « la création de laboratoires et cours nouveaux, comme une malterie, une vinaigrerie expérimentale, d'un laboratoire des colloïdes, d'ultramicroscopie, d'un laboratoire de basses températures, d'une petite distillerie, d'un laboratoire et service d'études pour l'amélioration des orges et houblons indigènes, enfin l'installation d'un pétrin et four, comme cela se fait à Berlin, permettant l'étude des phénomènes de la panification.
Les fêtes jubilaires du 25ème anniversaire sont postposées de 2 ans, jusqu'en 1913 afin de les faire coincider avec l'exposition universelle de Gand. Le 14 juillet 1913 a lieu dans la rotonde de l'université de Gand la séance académique du XXVème anniversaire de la fondation de l'institut, on célèbre en même temps le 25ème anniversaire de la promotion de Henri Van Laer au grade de docteur en sciences. Sont aussi proclamés comme professeurs honoraires de l'institut, les grands noms représentants de la science des fermentations de l'époque:

  • Docteur BEYERINCK, professeur à Delft (célèbre pour sa découverte de l'azobacter et du premier virus);
  • Docteur BLEISCH, professeur à Munich;
  • Docteur A.J. BROWN, professeur à l'université de Birmingham;
  • Docteur H. BROWN, membre de la Royal Society de Londres;
  • Docteur BUCHNER, professeur à Wurzbourg (prix nobel de chimie, pour la découverte de la zymase);
  • M.A.C. CHAPMAN de l'Institute of Brewing de Londres;
  • Docteur CLUSS, professeur à Vienne;
  • Professeur-docteur DELBRUCK, directeur du Versuchs- und Lehranstalt für Brauerei, Berlin;
  • Docteur Fernbach de l'Institut Pasteur;
  • Docteur GANZENNMULLER de Munich;
  • Docteur JALOWETZ de Vienne;
  • Docteur LINDNER de Berlin;
  • Docteur LINTNER de Munich;
  • Docteur SIEBEL professeur à Chicago;
  • Docteur SORENSEN de Copenhague (célèbre par l'utilsation du pH);
  • Docteur WAHL de Chicago;
  • Docteur WYATT de New-York.

Prosper Wielemans fait un long exposé et décrit les cours enseignés, les diplômes délivrés. Il ajoute « l'enseignement technique doit être accessible à d'autres éléments que ceux qui forment l'élite des professionnels, l'ouvrier et le maître-brasseur ou distillateur, ne sont pas moins intéressants que le fils de l'industriel. (...) En sa séance du 15 juin dernier, le conseil d'administration a estimé que le titre d'Institut Supérieur des Fermentations traduirait mieux encore sa mission actuelle. La brasserie, la distillerie et la fabrication des levures ne sont pas en effet les seules industries basées sur des processus dans lesquels interviennent par les enzymes qu'ils produisent, les êtres vivants... ».

Le 4 août 1914, c'est la première guerre mondiale. Les étudiants sont rappelés sous les drapeaux. Les cours de la section supérieure sont suspendus. 51 étudiants seront mobilisés ou volontaires de guerre. 10 tombent au champ d'honneur, 14 sont blessés et 7 sont fait prisonniers. L'enseignement est en veilleuse, seul l'enseignement gratuit du dimanche est poursuivi.

Le 15 novembre 1925 fut ouverte l'Ecole Professionnelle de Brasserie de Bruxelles, à l’initiative de l’association des anciens élèves de l’Institut supérieur des fermentations de Gand. Dirigée par Monsieur Arthur Belgeonne, celle-ci dispensait les cours le dimanche aux ouvriers d'élite et employés de brasseries. Dès la première année, plus de 40 participants acquittèrent le droit d'inscription fixé à l'époque à 10 francs belges (soit EUR 0,25).

En 1930, s'organise l'Institut Supérieur des Industries de Fermentation de Bruxelles, l'INIF, et dont Monsieur Van Laer est le premier directeur. Indépendant de l'Ecole Professionnelle, l'Institut est géré et contrôlé par l'Etat, la Province et la Ville de Bruxelles. Le Consortium des Brasseurs de Bruxelles y apporte également son soutien. L'INIF organise des cours de formation d'Ingénieurs IFB (3 ans) et de Maîtres-Brasseurs (1 an), et accorde le diplôme complémentaire d'Ingénieur IFB aux ingénieurs issus des Universités et Ecoles Supérieures. Un laboratoire d'essais et de recherche, collaborant avec le Fonds National de la Recherche Scientifique, y est adjoint.

Dès 1932, ces deux écoles, complémentaires, sont regroupées dans les locaux de la Ville de Bruxelles, au Palais du Midi, tout en gardant toutefois leur autonomie.

De son côté, l'Institut Meurice, qui naquit à Charleroi en l892, s’est installé à Bruxelles en 1897 dans de nouveaux locaux, rue Simonis. Il y restera jusqu'en 1954 sous la dénomination d'Institut Meurice Chimie (IMC).

En 1954, les transactions avec la Province de Brabant ayant abouti, les deux Instituts INIF et Institut Meurice Chimie fusionnent sous la tutelle de la Province de Brabant, et sont intégré sous le nom IIF-IMC, Institut des Industries de Fermentation - Institut Meurice Chimie, au sein du campus CERIA-COOVI à Anderlecht.

Accueil

Bonjour et bienvenue sur le site de l'A.R.F.B. Vous désirez en savoir plus sur notre association? Veuillez alors consulter la page "Qui sommes-nous?"


Tous les commentaires constructifs sont les bienvenus... Merci d'utiliser le Formulaire de courriel.

Dernière minute

En raison de la pandémie liée au nouveau Coronavirus, nos activités habituelles sont fortement perturbées. En fonction de l'évolution de la situation, nous vous tiendrons informés de nos prochaines activités.


Intéressé par les études d'Ingénieur Industriel en chimie ou biochimie? L'Institut Meurice propose des formations de niveau Master de qualité, axées sur les besoins de l'industrie. Plus d'informations ici.

Affiche Institut Meurice

début